Economie // LE TRADER MASQUÉ ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Economie // LE TRADER MASQUÉ ?

Message par Alca//122 le Jeu 24 Jan 2008 - 18:51

C'est l'histoire d'un mec... un mec normal... qui paume 5 milliards d'euros.
Ouais comme ça.
Putain...



Spoiler:

jeudi 24 janvier 2008, mis à jour à 13:45
Banque
Société générale: l'homme qui a perdu 5 milliards
LEXPRESS.fr
La Société générale a annoncé jeudi des pertes colossales dues à une "fraude" massive au sein de la banque. L'identité du trader d'une trentaine d'années, à l'origine de cette fraude de 4,9 milliards d'euros, n'a pas été révélée.



La Société générale a révélé jeudi des pertes colossales dues à une "fraude" massive au sein de la banque, la plus importante de l'histoire de la finance, mais aussi à la crise des "subprimes", pour un montant total de près de 7 milliards d'euros. La fraude seule aura un impact négatif de 4,9 milliards d'euros sur son résultat 2007.

"Un homme seul"
La banque, une des trois premières françaises, a expliqué qu'un de ses traders, travaillant à Paris au sein d'une sous-division de ses activités de marché, avait profité de "sa connaissance approfondie des procédures de contrôle" pour "dissimuler ses positions".

L'employé, âgé d'une trentaine d'années, qui a reconnu les faits, a été immédiatement mis à pied et une plainte sera déposée contre lui, a indiqué le PDG, Daniel Bouton. C'est un "homme seul qui a eu l'intelligence d'échapper à toutes les procédures de contrôle", a-t-il plaidé lors d'une conférence de presse, en présentant ses "excuses" aux actionnaires.

L'identité du trader n'a pas été révélée et le PDG de la SocGen, Daniel Bouton, a dit ignorer où il se trouvait, ajoutant que des poursuites judiciaires seraient engagées.

Deux dirigeants renoncent à leur bonus 2007
Le conseil d'administration, réuni en urgence le 23 janvier, a rejeté la proposition de M. Bouton de démissionner, mais l'a soutenu dans sa décision de renvoyer les cadres, "y compris dirigeants", responsables de la supervision et des contrôles des opérations concernées.

"La perte subie est très importante. Toutes les mesures ont été prises sur le champ pour la circonscrire. Les failles des procédures de contrôle ont été identifiées et corrigées pour éviter tout nouveau risque de nature comparable", a assuré M. Bouton dans sa lettre mise en ligne.

Le PDG de la Société générale et son directeur général, Philippe Citerne, ont par ailleurs décidé de renoncer à leur bonus 2007 ainsi qu'à leur salaire fixe pendant les six premiers mois de cette année, après les pertes massives subies par leur banque.

Réactions politiques
Au forum de Davos, le Premier ministre François Fillon a reconnu une "affaire sérieuse" mais qui selon lui n'a rien à voir "avec la situation des marchés financiers".

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, a réclamé jeudi "un renforcement des normes posées par la Banque centrale sur les établissements financiers", après l'annonce d'une fraude massive à la Société générale.

"Il faut aussi exiger la transparence sur les risques pris par les banques françaises sur les secteurs immobilier et financier américains", a-t-il ajouté.


Dernière édition par le Jeu 31 Jan 2008 - 3:58, édité 1 fois

_________________

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleures, tu seras seul à pleurer.
***
« Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile. »

avatar
Alca//122
Jean-François Premier
Jean-François Premier

Masculin
Nombre de messages : 2256
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/alcatrazom

Revenir en haut Aller en bas

Re: Economie // LE TRADER MASQUÉ ?

Message par Alca//122 le Jeu 31 Jan 2008 - 3:57

LA VRAIE HISTOIRE !!!

Source : no-media



Conseil d’administration restreint.

Bon,
les gars, on déconne, on déconne, mais on s’éloigne des vrais
problèmes. Qui veut un calva ? J’ai du 80 ans d’âge que je fais venir
directement de la ferme. Une rareté.

- Qui a pris les cigares ? Jean-Eudes, faites pas le rat, renvoyez les havanes par ici.

- Messieurs ! Quand vous aurez fini de vous arsouiller, on en reviendra au sujet du jour. Où est Roger ?

- Aux toilettes, monsieur le président, il a du mal à digérer la purée de céleri.

-
Bon, puisque notre directeur financier est malade, je vais moi-même
rentrer dans le sujet. Peuf… Peuf… (il allume un cigare). Messieurs,
comme je le disais, l’heure est grave. Merci pour le calva,
Pierre-Henri. Les calculs faits par ma stagiaire cette nuit montrent
que nous avons perdu entre 5 et 9 milliards par la faute de ces gros
ploucs d’amerloques.

- Font chier, ces yankees. On ne peut plus faire confiance à personne !

-
Silence, Charles-Edouard ! Il est trop tard pour nous lancer dans une
analyse de risques approfondie. La question du jour est : qui va porter
le chapeau ? Silence général. Tout le monde se regarde bizarrement.

-
Non, ne vous inquiétez pas, on n’en est pas encore à foutre des cadres
dirigeants à la porte. Le plan social, on le fera sur les guichetiers,
faut pas que déconner. Non, mais sérieusement, faut trouver un clampin
à faire dégager rapido. De préférence, un qu’aucun d’entre nous ne
connaît, histoire de dire qu’on n’était pas au courant.

- Oui, monsieur le président, mais qui ?

-
Je sais pas moi, je suis pas là pour tout faire, non plus. Y’a personne
que vous voulez virer ? Un trou de balle, un minus, mais avec une bonne
gueule de psychopathe, qu’on pourrait montrer à la télé en disant “tout
est de sa faute” ?

- Oui, comme les anciens hébreux chargeaient un bouc de leurs péchés avant de l’envoyer dans le désert…

-
Charles-Hubert, vous nous les pétez menu avec vos histoires de cureton.
C’est pas parce que vous avez passé 15 ans chez les jèzes qu’il faut la
ramener à chaque codir. La dernière fois, c’était Saint-Paul à Damas
pour illustrer le moment où Bernanke a compris qu’il était dans la
merde, et la prochaine fois, vous nous faites quoi ? Sodome et Gomorrhe
? Le Déluge ? Allez, on y va, on me donne un nom.

-
Mais, président, on ne les connaît pas, les noms des collaborateurs. On
leur parle à peine, et encore, seulement pour les engueuler.

-
Bon, OK, je vois, c’est encore moi qui vais tout faire.
Pierre-Matthieu, passez-moi votre portable. Le trombi de la boîte, il
est où ?

- Ici, monsieur le président.

-
Putain, ces tronches de tarés qu’ils ont ! Eh, aux RH, vous avez jamais
pensé à donner des consignes, genre “éviter d’embauchés des demeurés” ?
Bon, on va pas s’en sortir, je clique au hasard… Tiens, celui-là,
Bernard Hurningh, vos en dites quoi ?

- Il est conseiller clientèle à Dôle, monsieur, personne ne croira jamais qu’on a perdu 5 milliards à cause de lui.

- Même en magouillant avec la Suisse ?

-
C’est plus ce que c’était, monsieur, la Suisse. Le secret bancaire
n’est même plus garanti, ils seraient foutus de nous prouver par A+B
qu’on raconte des craques.

- Mouais, va falloir taper dans du plus lourd. Celui-là, un certain Marc Brice, à votre avis ?

-
Directeur financier d’une sous-filiale de spécialisée dans le prêt
agricole, monsieur. C’est la bourse qui craque, pas le marché du purin.

-
C’est ça, faites le malin, Jean-Edouard, foutez-vous de ma gueule quand
j’essaie de nous sortir le cul des ronces… Oh ! Ca y est ! C’est bon,
c’est celui-là, il a une vraie tronche de vainqueur ! C’est mon dernier
mot, vous vous sortez les doigts du cul et vous me le mouillez à mort.
Jean-Guy, en tant qu’ancien membre du cabinet de l’Elysée sous
Mitterrand, les barbouzeries, ça vous connaît, non ?

- Oui, on peut tripoter un peu le système informatique, histoire de faire croire qu’il nous a blousés. Faites voir le nom ?

-
K…, Jérôme K… Encore un de ces petits merdeux qui croient qu’ils
dirigent le monde parce qu’ils passent des ordres de bourse toute la
journée sur leur écran. On dirait des hamsters sous acide, ces
branleurs. Allez, celui-là paiera pour les autres.

- Mais, monsieur, 5 milliards sur le dos de ce trou de balle, personne n’y croira jamais !

-
Je vous signale, mon petit Charles-Edouard, que 80% des Français se
sont déplacés il y a un peu plus de six mois pour départager une dinde
hystérique, et un velléitaire complexé par sa taille, alors vous savez,
le sens critique de ces glandus… Bon, on y va. Plan média, bidonnage
informatique, communiqué de presse, plan social en backup, je veux tout
ça sur mon bureau demain matin. Et vous me supprimerez le coupon de
cette année, ça fera les pieds à ces connards d’actionnaires. Quelqu’un
reveut du champ’, on va se saouler la gueule pour fêter ça ?”

_________________

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleures, tu seras seul à pleurer.
***
« Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile. »

avatar
Alca//122
Jean-François Premier
Jean-François Premier

Masculin
Nombre de messages : 2256
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/alcatrazom

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum