holocauste à montpellier et avignon les 24, 25 et 28 juin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

holocauste à montpellier et avignon les 24, 25 et 28 juin

Message par konsstrukt le Dim 23 Juin 2013 - 14:49

MONTPELLIERAINS !
AVIGNONAIS !
Réservez vos prochaines soirées !
La tournée Holocauste n'est pas terminée, et avant un grand final en Bretagne début juillet, je repasse par le sud pour trois dates assez rapprochées.

-*-*-*-*-*-
Je suis allée à Dunkerque pour retrouver la trace de Kévin. J'ai rencontré quelqu'un qui avait connu son père et c'est comme ça que j'ai su qu'ils étaient morts tous les deux, que c'était la maladie qui les avaient tués.
J'ai vu ce qu'ils appelaient la nécropole, c'est à dire une fosse à l'extérieur de la ville, grosse comme un terrain de foot, creusée à la pelleteuse pour contenir les cendres de deux cent mille cadavres. Kévin et son père se trouvaient là, incinérés parmi les premiers.
Ils brûlaient tout le monde. Ils incinéraient tous les morts dans les hauts-fourneaux qu'ArcelorMittal avaient remis en service au début de l'année et qui étaient conçus pour faire fondre cinq mille tonnes d'acier par an. Ils travaillaient jour et nuit. Le grondement des hauts-fournaux ne cessait jamais, le rougeoiement ne cessait jamais, l'odeur de mort imprégnait tout comme une graisse, comme si elle devait rester jusqu'à la fin des temps. Cent mille avaient été brûlés jusqu'à présent. Tous les autres, entassés, pourrissants, formaient dans des hangars des montagnes de viande gélatineuse à l'odeur inhumaine, un cauchemar. Les incinérateurs étaient d'anciens ouvriers de l'acierie, ils étaient volontaires, certains devenaient fous, d'autres se suicidaient.
Devant la nécropole à moitié pleine j'ai essayé de ressentir quelque chose pour Kévin et même pour son père. En observant ces tonnes et ces tonnes de cendre grise qui remplissaient comme un lac une fosse assez grande pour contenir plusieurs supermarchés, en observant la surface des cendres voleter dans le vent, onduler comme si l'agitaient des courants invisibles, j'ai compris que ça n'était pas uniquement leurs morts qu'ils avaient brûlé à Dunkerque, mais aussi l'ancien monde.
Cette nuit-là, pour la première fois, je n'ai pas pu dormir, et mon insomnie depuis ne m'a jamais quittée.

-*-*-*-*-*-


Le 24 juin à la galerie le Mat (3 rue Voltaire, Montpellier), je délivrerai la bonne parôle post-apocalyptique dans le cadre de l'exposition de Nils Bertho, et il y aura aussi Attic Ted et Adolf Hibou qui viendront nous faire guincher un peu.
Le 25 juin au Pub Z (50 rue de la bonneterie à Avignon), la fin du monde aura pour vedette américaine Mattt Konture.
Le 28 juin à la Villa des cent regards (1000 bis rue de la roqueturière, Montpellier), dans le cadre des Siestes Sonores, je bousillerai votre sommeil en compagnie d'une multitude de groupes, liste complête ici : https://www.facebook.com/#!/events/373302769445126/
Tout ça oscillera entre gratos et prix libre et commencera aux alentours de 20 heures, si vous arrivez avant on aura le temps de boire un coup et de discuter un peu.
Venez nombreux !

PS : j'hésitais à en parler mais, afin de dissiper tout malentendu auprès de ceux d'entre vous qui auraient lu la newsletter des Pavillons Sauvage (Toulouse) : je ne jouerai pas là-bas le 30 juin et je les trouve un peu gonflés de m'annoncer sur leur programmation alors qu'ils n'ont pas eu le moindre échange avec moi et que j'attends toujours de toucher le défraiement correspondant à ma venue chez eux en janvier.

konsstrukt
VI - Hubert Cumberdale
VI - Hubert Cumberdale

Nombre de messages : 223
Age : 43
Date d'inscription : 22/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum