DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Alca//122 le Lun 9 Juin 2008 - 2:18

Ce message n'est pas anti-écolo, c'est juste pour vous faire réfléchir dans vos putain de têtes. Okay ?

Putain !

> concernant le 20 h sur TF1
>
> merci de faire suivre!
>
> Un illuminé nous a donné une série de leçons sur les économies d'énergie.
>
> Nous prenant pour des débiles mentaux profonds ou des séniles précoces, il nous a expliqué qu'en coupant toutes les veilleuses de nos appareils électriques,
> nous pouvions économiser 15% de notre consommation.
> Faux, nous économiserions alors 2 à 3%
>
> Le même nous a expliqué qu'en remplaçant nos lampes traditionnelles par des lampes à économie d'énergie, nous pouvions économiser 30 à 35% d'énergie.
> Faux c'est 4 à 5 % que l'on peut économiser
>
> Il est évident que si la maison est équipée comme celle de l'arrière-grand-père, c'est à dire juste des lampes et pas de frigo, micro onde, lave linge, lave vaisselle, sèche-linge et j'en passe, car par rapport à la consommation de tous ces équipements celle des lampes est "peanut".
>
> Pour couronner le tout, une brillante journaliste de TF1 ( quelle chaîne instructive) a pris le relais et fait le total des économies pouvant être réalisées selon ces critères éclairés : 15 % sur les veilleuses + 35% sur les lampes = 50% d'économie d'énergie !..
> .
> Elle n'est pas allé jusqu'à le dire, mais nous qui sommes particulièrement débiles, Avons deviné que demain, si nous suivions scrupuleusement ces instructions, on pouvait arrêter la moitié des centrales électriques !...
>
> Nous avons failli mourir idiots, mais pourquoi ne nous a-t-on pas expliqué tout ça avant !
>
> Pour continuer dans la débilité profonde, la TF1 girl's nous a ensuite précisé que pour les 50% restants, on pouvait les alimenter avec des panneaux solaires
> qui produisent de l'électricité 'verte', en illustrant son propos d'une photo d'une belle maison avec un petit panneau solaire derrière.
> Là, j'ai failli chercher une arme, car on n'avait encore jamais vu un niveau de désinformation pareil, une absurdité aussi monumentale.
>
> En effet, pour produire ces 50 % restants, si on se base sur une consommation moyenne de 6 Kw (un abonnement classique sans chauffage électrique), il faudrait que chaque maison possède 140 mètres de panneaux solaires pour un coût de 89 628 €
>
> Calculez le retour sur investissement.
>
> Dans le chapitre 'c'est bon pour la planète', il convient d'ajouter que les panneaux solaires, on ne sait qu'en faire quand ils arrivent en fin de vie,
> car ils contiennent plein de silicium et autres métaux lourds très polluants .
>
> Ne croyez surtout pas que je sois contre les économies d'énergies, Je suis à 100% pour, quand elles sont réalistes, mais de grâce pas d'intoxication de ce type en pleine heure d'écoute, ça frise l'indécence ou la malveillance.
>
> Pour continuer dans l'intox, connaissez vous Biville sur mer en Seine-Maritime ?
> C'est un petit village du littoral près de Dieppe, où 6 éoliennes sont récemment sorties de terre.
> Six engins de dernière génération qui occupent 4 kms de notre littoral normand et dont les pales culminent à 85 m de hauteur.
> Chaque éolienne à une puissance maxi de 2 mégawatts... quand le vent souffle fort.
> Ce n'est pas grand'chose comparé au 2600 mégawatt qui sortent en permanence de la centrale nucléaire voisine, mais c'est toujours ça, surtout quand il fait très froid.
>
> Dommage quand même que cette énergie renouvelable soit si chère et non maîtrisable (4 fois plus chère que celle de l'atome), mais c'est pas grave, EDF à obligation de la racheter (et cher).
>
> Mais revenons à nos 6 éoliennes ; depuis quelques jours il n'y a qu'une seule éolienne qui tourne, les 5 autres seraient elles privées de vent ?
> Que nenni, du vent il n'y en a pas depuis plusieurs jours, ce qui est généralement le cas quand il fait très froid, ou très chaud.
> C'est la nature, l'homme ne lui dicte pas encore sa loi.
>
> Mais alors, s'il n'y a pas de vent comment expliquer qu'une et une seule des éoliennes tourne ?
> La réponse est très simple : On veut nous faire croire à fond aux énergies renouvelables, alors on n'hésite pas à tricher pour en cacher le mauvais coté.
> Ben oui, ça ferait pas bien pour les habitants de la région qui n'ont pas encore accepté ça dans leur paysage, que de voir toutes les éoliennes à l'arrêt alors qu' il fait - 4 degrés
>
> Alors, tout simplement, on en fait tourner une ...en moteur (oui c'est possible, en lui donnant du courant!).
> Ça consomme un peu d'électricité, mais ça fait croire que ça produit de l'énergie.
>
> Il est temps d'arrêter de nous rabâcher tous les soir à la météo 'c'est bon pour la planète', parce que là, on sait plus trop ou est le bien et le mal, et on va finir par penser que ceux qui donnent des conseils sont, en plus d'être malhonnêtes ou incompétents, les plus dangereux.
>
> L'électricité 'dite propre' sans fumées, sans CO2, sans atomes, disponible quand on en a besoin, à un prix qui ne détruise pas nos emplois et ne pas notre confort, ça n'existe pas, mises à part les centrales hydro.
>
> Dans 20, 30 ou 50 ans peut être....
>
> Dans mon entourage, je ne connais personne qui lave du linge propre, Ou qui met en route son lave vaisselle vide...
>
> Alors il est grand temps que les médias et leurs gilets à rayures servils qui nous desservent, arrêtent de nous prendre pour des demeurés, avec des reportages orientés, tronqués et des leçons de civisme qui ne tiennent pas la route.
>
> Ah oui, j'allais l'oublier : j'ai même entendu "l'innocente Evelyne Délias", nous dire, après sa page météo, "qu'il ne faut pas mettre trop de chauffage dans la voiture car ça consomme du carburant et "c'est pas bon pour la planète".
>
> Evelyne, si tu avais pris des cours de mécanique, tu saurais que le chauffage de la voiture récupère la chaleur de l'eau du circuit de refroidissement du moteur et cette eau chaude, il faut absolument la refroidir en la faisant passer soit dans le radiateur principal (celui qui se trouve derrière la calandre), soit dans le le radiateur du chauffage de l'habitacle, sinon c'est la mort du moteur !
> Si cette eau n'est pas assez refroidie, c'est même le ventilateur du circuit de refroidissement qui doit s'en charger en consommant de l'électricité pour tourner!
> Et ça ...'c'est pas bon pour la planète' par contre!
>
> On pourrait aussi évoquer les biocarburants, présentés comme carburants Verts alors que s'engager dans cette voie, est un désastre écologique et
> humain à brève échéance : flairant l'aubaine, de grands groupes Agro-alimentaires, défrichent en ce moment des forêts entières et remplacent des cultures destinées à l'alimentation humaine par ces Plantations destinées à la production de carburant 'vert' (50% de la production de maïs des USA aura été détourné cette année pour cette production, d'ou la famine au Mexique, premier acheteur de ce maïs).
>
> Vous doutiez vous de cet effet pervers du biocarburant?
>
> Mais c'est un autre débat et j'ai des palpitations déjà rien que d'y penser...
>
> Surtout, surtout, je vous en prie ... INFORMEZ-VOUS !
>
> Et diffusez ceci si cela vous interpelle.
> >
>
> Qu'on se le dise
>
> Michel@LX


Dernière édition par alca trazom le Lun 9 Juin 2008 - 15:54, édité 1 fois

_________________

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleures, tu seras seul à pleurer.
***
« Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile. »

avatar
Alca//122
Jean-François Premier
Jean-François Premier

Masculin
Nombre de messages : 2256
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/alcatrazom

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Coligny le Lun 9 Juin 2008 - 7:18

EUh, autant la propragrande de TF1 pus du cul, autant ce message est un torche cul...

Ampoule electrique basse conso: 22W remplace la luminosite d'une ampoule 100W... gain... bah... 78% non ?

Chauffage automobile...Dois plus y'avoir qu'en France ou les voitures utilisent un second radiateur pour le chauffage du vehicule. Dans les pays riche chaud ou froid est gere par la climatisation. La diference est que
-> chaufage via radiateur normal + recyclage de l'air -> condensation atroce donc on desactive le recyclage et ca pue les gaz d'echappement.

-> chauffage via clim, recyclage ok et air sec, pas de condensation.

J'ai rien contre la critique des mensonge televise, mais je deteste quand c'est fait pour pousser ses propre mensonge et pas loin derriere les grandes theories de conspirations qui ne trainent pas souvent a la ramener...

Pour les appareil en veille.... la plupart affiche la conso 'en veille' et c'est en general pas negligeable. Surtout compare au ampoule basse conso.

Y'a aussi les fraudeurs intellectuels qui disent que ces ampoules sont tellement chere qu'on ne fait pas d'economies. En ecrasant tous les autres avantages (dure plus longtemps quasiment plus de risques d'incemdies). Ou encore pire, ceux qui maintenant tire l'alarme a cause du mercure quelle contiennent en oubliant que les tube neon classique contiennent ce meme mercure et les procedure de recyclage sont deja existante et bien rodee. Le plus difficile etant de mettre dans le crane de Raoul et Josianne que les vielle ampoule ne sont pas a jeter avec les restes de cassoulet du petit dej.
avatar
Coligny
II - Jeune pousse
II - Jeune pousse

Nombre de messages : 17
Age : 113
Date d'inscription : 04/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par lhommeaux4cordes le Lun 9 Juin 2008 - 10:44

Ah ben enfin un bon débat ici.
Mon avis : je... heu...
Quelle horreur je n'ai pas d'opinion...
avatar
lhommeaux4cordes
X - Jonathan Vachon
X - Jonathan Vachon

Masculin
Nombre de messages : 578
Age : 26
Localisation : Agen
Date d'inscription : 28/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Alca//122 le Lun 9 Juin 2008 - 15:04

Content de te revoir enfin, Coligny...

Coligny a écrit:EUh, autant la propragrande de TF1 pus du cul, autant ce message est un torche cul...

Oui, je ne dis pas le contraire ; je ne le publie pas parce que je suis d'accord avec à 100 %, mais simplement parce qu'il représente une alternative intéressante au discours dominant, et que, du coup, ça fait du bien. Même si c'est des conneries (de dont je doute - au moins en partie), ça soulage de pas entendre toujours la même chose.

Et puis... le message n'est-il pas "informez-vous" ? révérence

_________________

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleures, tu seras seul à pleurer.
***
« Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile. »

avatar
Alca//122
Jean-François Premier
Jean-François Premier

Masculin
Nombre de messages : 2256
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/alcatrazom

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Alca//122 le Lun 9 Juin 2008 - 15:55

La filière éolienne française, a atteint 2.455 MW en 2007 - près de 900 MW supplémentaires en un an. Elle se classe désormais au troisième rang européen derrière l’Allemagne et l’Espagne, selon le bilan du Syndicat des énergies renouvelables (SER). «Sa puissance permet d’alimenter l’équivalent de deux millions de foyers en électricité. »

L’éolien, qui reste encore embryonnaire (3% de la part des renouvelables, qui elles-mêmes représentent 10,3% de la consommation finale d’énergie en France) emploie actuellement près de 5.000 personnes.

Au plan mondial, la capacité totale de l’éolien représente plus de 94.000 MW de puissance installée en 2007, en hausse de 31% en un an essentiellement grâce aux efforts des Etats-Unis, de l’Espagne et de la Chine. Soit un marché de 25 mds d’euros en 2007, selon le Global Wind energy council (lobby de l’éolien basé à Bruxelles).

En capacité installée à ce jour, l’Allemagne reste en tête (22,3 GW) devant les Etats-Unis (16,8 GW), l’Espagne (15,1 GW - dont 3,5 MW supplémentaires en un an), l’Inde (8 GW) et la Chine (6,1 GW).

(Source : AFP)

_________________

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleures, tu seras seul à pleurer.
***
« Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile. »

avatar
Alca//122
Jean-François Premier
Jean-François Premier

Masculin
Nombre de messages : 2256
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/alcatrazom

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Alca//122 le Lun 9 Juin 2008 - 16:26

http://onapprendtouslesjours.blogspot.com/search/label/D%C3%A9veloppement%20durable

_________________

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleures, tu seras seul à pleurer.
***
« Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile. »

avatar
Alca//122
Jean-François Premier
Jean-François Premier

Masculin
Nombre de messages : 2256
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/alcatrazom

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par lhommeaux4cordes le Lun 9 Juin 2008 - 16:31

alca trazom a écrit:

Oui, je ne dis pas le contraire ; je ne le publie pas parce que je suis d'accord avec à 100 %, mais simplement parce qu'il représente une alternative intéressante au discours dominant, et que, du coup, ça fait du bien. Même si c'est des conneries (de dont je doute - au moins en partie), ça soulage de pas entendre toujours la même chose.

Et puis... le message n'est-il pas "informez-vous" ? révérence


Je ne suis pas d'accord avec toi.
C'est pas parce que c'est le contraire de ce que est dit au départ que c'est mieux, même si c'est faux. Si on doit donner toutes les réponses fausses avant de mettre le doigt là où il faut, on a pas fini de s'emmerder.
En revanche oui, c'est vrai que ça pousse à la réflexion, et ça c'est très bon parce que les gens n'iront pas réfléchir pas eux mêmes, et moi en premier.
avatar
lhommeaux4cordes
X - Jonathan Vachon
X - Jonathan Vachon

Masculin
Nombre de messages : 578
Age : 26
Localisation : Agen
Date d'inscription : 28/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Alca//122 le Lun 9 Juin 2008 - 17:05

J'ai jamais dit que c'était vrai ou faux, ni que c'était mieux.

Pour la deuxième partie de ton message, merci, c'est bien l'objectif de la démarche Handicapé

_________________

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleures, tu seras seul à pleurer.
***
« Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile. »

avatar
Alca//122
Jean-François Premier
Jean-François Premier

Masculin
Nombre de messages : 2256
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/alcatrazom

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par lhommeaux4cordes le Lun 9 Juin 2008 - 17:58

Bon bon tout va bien.
Mais faut pas polluer, c'est mal
avatar
lhommeaux4cordes
X - Jonathan Vachon
X - Jonathan Vachon

Masculin
Nombre de messages : 578
Age : 26
Localisation : Agen
Date d'inscription : 28/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Alca//122 le Lun 23 Juin 2008 - 15:25

BRÉSIL • En route pour l'autosuffisance

Au Brésil, la plupart des véhicules roulent à l'éthanol, un carburant produit à partir de la canne à sucre. Cette politique énergétique, fruit d'une longue évolution, sert de modèle aux Etats-Unis.



[ Source : Courrier International ]

En 2006, les prix records du pétrole ont fait du paysage mondial de l'énergie un recoin obscur et inquiétant, où l'optimisme et la satisfaction sont rares. Le Brésil, lui, a été épargné et connaît une année exceptionnelle. Ainsi, le gouvernement a annoncé que, pour la première fois dans l'histoire du pays, les exportations d'énergie égaleront les importations. Notamment grâce à l'éthanol que les Brésiliens produisent à partir de la canne à sucre. Et, trois ans seulement après l'introduction des premiers véhicules bicarburants – qui roulent soit à l'éthanol, soit à l'essence –, plusieurs constructeurs automobiles ont annoncé qu'ils ne fabriqueraient plus de modèles à essence d'ici la fin de l'année. Dans la plupart des stations-service du pays, les pompes à essence proposent trois choix aux conducteurs : de l'éthanol, de l'essence et du super. Des catégories légèrement trompeuses, car tous trois sont en réalité des mélanges et contiennent tous au moins 20 % d'éthanol. L'éthanol pur est nettement moins cher – 53 cents [0,41 euro] le litre à São Paulo, contre 99 cents [0,77 euro] pour le litre d'essence. "Je n'achète de l'essence que si je ne peux pas faire autrement", observe Alexandre Rigueirra, 28 ans, chauffeur de taxi à São Paulo. Il a modifié le moteur bicarburant de sa Chevrolet pour qu'elle roule également au gaz naturel. "L'essence est toujours la dernière solution", poursuit-il.

L'éthanol n'explique pas à lui seul la nouvelle indépendance énergétique du Brésil : la prospection pétrolière a connu ces dernières années un essor important. Mais, selon Caio Carvalhal, un analyste de Cambridge Energy Research Associates à Rio de Janeiro, l'éthanol remplace désormais 40 % de la consommation d'essence du pays. L'expérience du Brésil dans ce domaine dure depuis près de trente ans et est née d'un environnement politique et économique particulier. Le premier programme national de production d'éthanol avait été lancé en 1975 par la dictature militaire, alors qu'environ 90 % du pétrole consommé au Brésil provenait de l'étranger. Le gouvernement avait accordé des subventions aux producteurs de canne à sucre et avait obligé les stations-service de toutes les villes de plus de 1 500 habitants à installer des pompes à éthanol. Au début des années 1980, la plupart des voitures neuves vendues au Brésil roulaient exclusivement à l'éthanol. Mais, à la fin de la dictature, lorsque les prix du pétrole se sont effondrés, les subventions accordées aux producteurs d'éthanol ont été supprimées. Les usines de canne à sucre ont alors transformé leur production d'éthanol en sucre alimentaire. Et l'industrie automobile, qui s'était spécialisée dans les voitures ne roulant qu'à l'éthanol, a cessé de les produire. La plupart des stations-service ont cependant continué à vendre de l'éthanol pour les voitures de ce type encore en circulation.

La production de biocarburant pèse sur l'environnement

Le Centre de technologie de la canne à sucre, situé dans l'Etat de São Paulo – un institut de recherche créé au début des années 1970 par les professionnels du sucre –, a cependant poursuivi ses efforts pour améliorer le rendement de la production d'éthanol. Pendant que le prix du pétrole augmentait, les producteurs d'éthanol ont réduit les coûts de production du litre d'éthanol : il est passé de 60 cents à 20 cents.

Erigé au milieu de champs de canne à sucre, le centre emploie aujourd'hui près de 300 scientifiques. Début 2003, le carburant à l'éthanol s'est subitement retrouvé économiquement viable. Volkswagen a alors lancé son premier modèle bicarburant sur le marché brésilien, et d'autres constructeurs – comme General Motors et Ford – l'ont imité. Certaines de ces entreprises s'apprêtent à tenter la même transformation aux Etats-Unis.

L'augmentation de la consommation d'éthanol est telle qu'elle menace d'épuiser les ressources et pèse sur l'environnement. Au début de l'année, le ministère de l'Agriculture brésilien s'est vu obligé de réduire de 25 % à 20 % la quantité d'éthanol obligatoirement contenue dans tous les carburants. La canne à sucre pousse pendant sept mois de l'année et la production s'interrompt de décembre à avril. Or, cette année, les producteurs ont commencé à récolter la canne dès le mois de mars, alors qu'elle n'était pas mûre. Pour faire face à la pénurie, 40 à 50 nouveaux sites de production devraient compléter d'ici l'année prochaine les 340 déjà existants, ce qui entraînera de nouveaux défrichements.

Pour George Bush, la production d'éthanol [produit aux Etats-Unis à partir de céréales] constitue une réponse à la crise du pétrole, et le Brésil est devenu une destination prisée des législateurs et des spécialistes du capital-risque américains. Mais, selon de récentes études, les producteurs de céréales américains ne pourraient pas fournir plus de 12 % de la demande d'essence aux Etats-Unis. Pour contribuer à combler le fossé potentiel, certains Etats des Etats-Unis ont recommandé l'importation d'éthanol brésilien.

_________________

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleures, tu seras seul à pleurer.
***
« Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile. »

avatar
Alca//122
Jean-François Premier
Jean-François Premier

Masculin
Nombre de messages : 2256
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/alcatrazom

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Alca//122 le Lun 23 Juin 2008 - 15:27

Voici le corollaire, issu du même media :

AGRO-INDUSTRIES • Eloge de l’éthanol brésilien

Les agrocarburants sont accusés de précipiter la pénurie mondiale de céréales. Lula répond qu’il ne faut pas confondre la filière de la canne à sucre avec celle du maïs.



DR

Il y a peu encore, le Brésil ne recevait que des éloges pour son programme d’utilisation de l’alcool de canne à sucre destiné aux réservoirs des voitures. Non sans raison. Les spécialistes voyaient le carburant vert comme le salut de l’agriculture dans un scénario de réchauffement mondial, de pénurie annoncée des carburants d’origine fossile et d’instabilité politique dans les pays producteurs de pétrole. Aujourd’hui, la consommation d’éthanol dans le pays est plus importante que celle d’essence, chose qui ne s’était pas produite depuis les années 1980, à l’apogée du Proálcool [programme de substitution du pétrole par l’alcool de canne à sucre, lancé en 1975].
Il y a à peu près trois mois, la tendance s’est cependant inversée. L’éthanol est devenu le méchant responsable de l’augmentation mondiale du prix des aliments. Ses détracteurs lui reprochent de monopoliser des terres fertiles pour sa production, ce qui réduirait d’autant la surface destinée aux cultures traditionnelles de céréales comme le riz et le blé. Cette hypothèse a amené l’ancien rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, le Suisse Jean Ziegler, à qualifier la production d’agrocarburants de crime contre l’humanité. Robert Zoellick, le président de la Banque mondiale, a ajouté que, pendant que bon nombre de personnes se soucient de faire le plein de leur réservoir, “beaucoup d’autres dans le monde ont du mal à se remplir le ventre, et y parvenir devient un peu plus difficile chaque jour qui passe”.

Il n’est pas conseillé de produire de l’alcool de maïs

L’offensive subite contre l’éthanol a motivé une réaction forte et opportune du gouvernement brésilien. Voilà quel ques semaines, le président Luíz Inácio Lula da Silva a qualifié les critiques de Ziegler et de Zoellick de “tromperies” suscitées par des motifs commerciaux. Pour Lula, l’augmentation du prix des aliments est due en réalité aux subventions agricoles qu’accordent les Nord-Américains et les Européens, “une drogue qui engourdit et corrompt ses propres producteurs”. Quant à la question de l’alcool carburant, elle est restreinte à l’éthanol de maïs produit aux Etats-Unis. “Il n’est pas recommandable de produire de l’alcool de maïs, encore moins lorsque ce maïs est subventionné. Il serait beaucoup plus logique que les Etats-Unis établissent des partenariats avec des pays d’Amérique centrale et des Caraïbes afin de produire une partie de l’éthanol nécessaire à leur consommation”, a déclaré le président.
La vive réaction du gouvernement brésilien est tout à fait justifiée. En plantant de la canne à sucre sur 1 % de ses sols arables pour produire de l’alcool, le Brésil parvient à produire plus de la moitié de tout le carburant nécessaire pour approvisionner son parc automobile. En outre, les cannaies gagnent du terrain essentiellement sur des zones dégradées par la pâture et n’entrent pas en compétition avec la production d’aliments. De leur côté, les Etats-Unis utilisent déjà 4 % de leurs terres pour la plantation de maïs destiné à la production d’alcool, ce qui ne représente même pas 2 % du total des carburants pour les véhicules du pays. Un hectare de maïs donne seulement 3 000 litres d’éthanol, contre 7 500 litres pour la canne.
Ironie suprême, la progression des cannaies au Brésil permet même d’augmenter la quantité d’aliments produits. L’exploitation de la canne à sucre requiert en effet la rotation des cultures. Ainsi, 15 % des surfaces consacrées à la canne le sont aussi régulièrement à d’autres cultures, comme le haricot ou le soja. “Comme la culture de la canne progresse au détriment de pâtures dégradées, l’offre de nourriture augmente et ne diminue pas”, affirme l’ancien ministre de l’Agriculture Roberto Rodrigues. Tant et si bien que cette année le pays battra un nouveau record de production de céréales. Du reste, le Brésil utilise seulement 20 % de sa surface cultivable. Beaucoup de terres restent à exploiter sans qu’il y ait pour cela à abattre un seul arbre de forêt naturelle. Compte tenu des gains de productivité, le pays devrait, dans les prochaines années, multiplier tranquillement sa production de denrées alimentaires comme celle d’éthanol, sans qu’une culture vole l’espace des autres.
Aux Etats-Unis, en revanche, le producteur de maïs reçoit des subventions pour fabriquer de l’agrocarburant, ce qui a provoqué une ruée des cultivateurs américains vers cette activité. Résultat : ces aides incitatives ont entraîné la diminution des surfaces consacrées à d’autres cultures et donc l’augmentation du prix de l’alimentation. Selon les estimations, 30 % de la production de maïs aux Etats-Unis sera transformée en éthanol cette année, soit 170 % de plus qu’il y a quatre ans. “Il ne faut pas tout confondre et créer une polémique fallacieuse. Il existe une asymétrie entre l’offre et la demande d’aliments dans le monde, ce qui cause l’augmentation du prix de la nourriture. Mais cela n’a rien à voir avec l’éthanol brésilien”, affirme Roberto Rodrigues.
Heureusement, en dépit des critiques venues de l’étranger, l’industrie du sucre et de l’alcool a toujours le vent en poupe au Brésil. Le 24 avril dernier, Cosan, premier producteur d’alcool et de sucre du pays, a annoncé l’acquisition de la branche opérationnelle nationale d’Esso, pour près de 900 millions de dollars [environ 580 millions d’euros]. Cosan accède ainsi à un important réseau de distribution, les producteurs d’alcool n’ayant pas le droit de vendre directement du carburant. “Cette affaire représente un pas supplémentaire vers la professionnalisation du secteur”, affirme Luiz Henrique Sanchez, consultant dans le domaine du pétrole et de l’énergie.

Le Brésil châtié pour ses succès agricoles

Début juin, le géant pétrolier britannique BP faisait savoir qu’il achetait la moitié de Tropical Bioenergia [un raffineur dans la filière éthanol], propriété des groupes brésiliens Santelisa Vale et Maeda. BP entre ainsi dans la danse de la production d’éthanol. Autant de transactions qui symbolisent l’appétit du monde de l’entreprise pour l’éthanol brésilien.
La cause de la pénurie alimentaire mondiale est à chercher ailleurs. Le monde s’est enrichi ces dernières années, permettant à des millions de personnes de sortir de la misère et de mieux s’alimenter. La production de nourriture n’a cependant pas suivi le même rythme, créant un écart entre l’offre et la demande. L’inflation a échappé à tout contrôle dans plusieurs pays. Le prix du blé sur le marché international a déjà augmenté de 130 % l’an dernier, ce qui a conduit l’Argentine à interdire son exportation – une mauvaise nouvelle pour le Brésil, étant donné que 70 % du blé qui y est consommé provient de ce pays. La céréale la plus demandée dans le monde actuellement est le riz, dont le prix a progressé de 60 % en seulement trois mois. Des pays comme la Chine, le Vietnam, le Cambodge et l’Indonésie ont arrêté de l’exporter. Le Brésil pense à faire de même.
La tentative de lier l’éthanol à la crise alimentaire montre simplement le fardeau politique que le Brésil devra porter pour être devenu le plus important exportateur agricole du monde en développement. Il reviendra à son gouvernement de convaincre le monde du fait que, dans cette histoire, le Brésil n’est pas un méchant. Il assume simplement la lourde charge du leadership...

_________________

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleures, tu seras seul à pleurer.
***
« Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile. »

avatar
Alca//122
Jean-François Premier
Jean-François Premier

Masculin
Nombre de messages : 2256
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/alcatrazom

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Chtankule le Lun 29 Juin 2009 - 21:53

vi je vois, je pense itou comme l'homme aux 4 cordes (koikon ne voit pas ce qu'elles foutent vu kil a les doigts dessus) sauf, la fin.
En politique, y a la même information-désinformation-contre information et ça ne change pas grand chose...
Mais la palme revient à... l'huile de palme ! Ca fait 30 ans qu'on déforeste sur l'équateur pour le palmier à huile, le bio-carburant n'est pas la raison mais ça arrange de dire ça comme excuse depuis une décennie ! On en bouffe partout de l'huile de palme (miam crontch)

Bon, y a 50 ans on était moitié moins de consommateurs sur la planète, bref donc !
épicétou
avatar
Chtankule
III - Gero
III - Gero

Masculin
Nombre de messages : 63
Age : 56
Localisation : DTC
Date d'inscription : 19/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Chtankule le Mar 7 Juil 2009 - 1:34

Et pis le coup du virus mexiquains lololol Etasuniens il faut dire et envoyer en europe pour qu'une "pandémie" puisse exister et que les labos avec les gouvernent s'en foutent plein les poches comme d'hab'
A la base le virus sans travail ADN-ARN ne pouvait proliférer d'homme à homme, quelle merveilleuse information de tous et l'OMS de mes deux pareil o même pire ! Vous donnez encore pour la recherche ? Vous serez toujours 4 milliards de trop l'an prochain !

yaissss http://www.youtube.com/watch?v=d5lNo1CKTjI&feature=related
avatar
Chtankule
III - Gero
III - Gero

Masculin
Nombre de messages : 63
Age : 56
Localisation : DTC
Date d'inscription : 19/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉVELOPPEMENT DURABLE: le vrai, le faux, le laid, le beau...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum